DA

MODELES RC

Avions et Planeurs RC (plus de 40...)

 

 




Intro
Intro :

 http://img148.imageshack.us/img148/8461/343434bbx7.png

 

 

Ce qui me parait être le plus intéressant en aéronautique, c'est l'aspect scientifique.
la conception des avions, la maitrise de la complexité,
en ce qui concerne les 2 grands domaines de la conception d'un avion : la stabilité, et les performances (buts précis).


Si vous vous intéressez à l'aéronautique miniature (probablement parceque vous n'avez pas les moyens financiers pour un avion grandeur),
vous avez 3 possibilités :
- pour moi le mieux est de faire des planeurs de vol libre en plaques de polystirène.
- si vous voulez faire voler un jouet radio-commandé achetez un hélicoptère d'intérieur à infra-rouge (si c'est pour un enfant par exemple, possible à partir de 6ans).
- l'aéromodélisme planeur-avion RC électrique, tres complexe, nécessite d'être tres passionné, d'avoir beaucoup de temps libre, et un certain budjet.

 

Voici comment la quasi-totalité des aéromodélistes commencent :


Vous passez devant une vitrine d'un magasin de modélisme et vous voyez un magnifique avion, ou vous en avez vu voler un en vrai, ou vous avez vu des vidéos en vol sur internet...
c'est le point de départ qui vous donne envie.
le gros problème dans ce domaine (comme pour bien d'autres) se sont les apparences,
vous voyez les apparences, vous interprétez en fonction des apparences.
vous jugez vite, vous vous faites un avis.
les avions RC paraissent êtres des jouets faciles à mettre en oeuvre et à faire voler.
on voit ce qui est positif, et on ignore ce qui est négatif.

à partir de là ça va tres mal se passer (inévitablement).


Comme ça a l'air facile et simple (un peu comme si on achetait une voiture RC), vous n'hésitez pas, vous achetez.
sans savoir ce que vous faites ni ce que vous achetez.
mais vous avez un truc qui est censé être capable de voler.


Dans l'aéromodélisme industriel actuel, l'acceptable est rare, le médiocre est la norme.
en prenant quelque chose au hazard, vous avez 95 % de chances d'êtres déçus, d'avoir fait de mauvais achats.

Donc première règle : ne rien acheter. ne jamais se précipiter.


Vous cherchez, et vous achetez un avion qui vous plait visuellement (dans un magasin de modélisme ou sur internet),
vous ouvrez le carton, vous découvrez le matériel...
première surprise (surtout si vous avez acheté sur internet) il manque 50 % du matériel.
eh oui, quand un modèle est vendu, ce n'est pas équipé (à de rares exeptions).
vous êtes censés choisir les équipements...
et la liste du matériel est longue.

en demandant conseil au vendeur de modélisme, vous aurez tout le matériel... mais pas le bon.


Vous croyez que vous pouvez monter votre modèle tout seul,
voir pire le régler tout seul (quand vous n'ignorez pas purement et simplement le fait qu'il y ait des réglages).

Pour le pilotage en général vous allez quand même dans un club.

Ce qui en fait n'est pas forcément une bonne chose.


Dans un club il y a une "culture", des habitudes, des façons de faire, des normes, des croyances, des préférences...
en entrant dans un club vous allez vous faire influencer d'une manière spécifique à ce club.
n'y connaissant rien, vous allez suivre le conformisme des membres et être limité voir induit en erreur dans votre pratique du modélisme.

Pour se rapprocher du vrai, il faut un maximum d'avis différents, et comparer... en essayant de trouver qui est le plus scientifique, qui est le plus rigoureux...

 
On trouve certains avions tres beaux (Warbirds pour les anciens, Jets militaires modernes pour la plupart, objets volants étranges pour les fans de science-fiction...),
on "Flashe" sur un joli navion avec un look d'enfer,
forcément c'est celui là qu'on veut,
on oubli de chercher des informations parceque on ne pense pas que c'est utile,
on ouvre la boite, et là AAAARRRRRGGGGGHHH j'y comprends rien,
là on se décide enfin à aller chercher de l'aide sur internet ;
en français, il n'y en a que 2 forums :
 

http://www.modelisme.com/forum/
 
http://www.aeromodelisme.org/forums/index.php


 
on s'inscrit, et on se précipite...
on poste un topic suplémentaire rien que pour soi, parcequ'on s'imagine qu'on est le premier débutant à débarquer sur le forum.
 
PATIENCE.
un forum est avant tout une ENORME base de données (archives considérables), où toutes les discutions qui vous intéressent ont déja eu lieu !
(à part ce qui concerne le nouveau matériel récent).
 
le forum modelisme.com existe depuis le début des années 2000, et je peux vous garantir que si vous êtes un lecteur super rapide, et que vous passez toute votre vie à le lire ; vous n'arriverez pas à la moitié (seuls les sujets récents s'affichent, pour les avoir tous depuis la création du forum il faut modifier l'option de recherche).
 
on se dit que c'est trop le "bordel" tout ça et ça nous prend la tête, donc afin d'éviter une forte migraine on abandonne le forum,
et on tente d'arriver à mettre en l'air ce "truc" tout seul,
il existe des clubs partout en france, et des modélistes éparpillés...
ne faites rien tout seul,
si vous avez la sensation que vous avez compris complètement l'utilisation du materiel, c'est que vous devez cesser la consommation d'alchool (lol).
 
sachez que même les meilleurs experts sont souvent surpris pas des spécificités/faiblesses/défaillances du materiel, et les technologies évoluant tres rapidement,
on est souvent confrontés à de nouveaux problèmes inédits.
pour cette raison le club est nécessaire, afin de bénéficier de l'experience de tous les membres ayants probablement chaqun acheté du matériel différent.
 
donc ; on entame le modèle ;
on s'aperçoit que si on percute encore le sol une fois de plus, ce sera la dernière,
et donc dans l'espoir d'effectuer au moins un vol "réussi" avant le piqué final dans la poubelle...
on retourne sur le forum,
pour demander...

des conseils en pilotage ! mdr
non, n'identifiez pas les (nombreux) problèmes vous-mêmes.

le pilotage n'est qu'un élément de cette pratique et pas le plus compliqué (10%).
on trouve la solution à 1 truc qui n'allait pas, et ça y est on se dit qu'on a tout résolu,
donc on retourne dehors... achever le malheureux oiseau.
 
Apres un nombre considérable d'allers-retours chez votre arnaqueur de vendeur qui vous vend tout ce qui vous plait en sachant que vous allez revenir vite... (pour "autre chose").
et un découvert sur votre compte ; un début de sagesse commence à naitre en vous, vous regrettez votre façon de procéder et vous vous dites "j'aurais du faire autrement".
(énormément de regrets... notamment à cause du coût, et du travail pour rien).
 
En général ; soit on abandonne, soit on a consommé 15 modèles, 5 accus, 2 récepteurs, 9 servos, 3 controleurs, 5 moteurs, 8 L de colle, 8 rouleaux de scotch armé, et 54 hélices ;
mais, miracle de l'aéromodélisme, vous êtes vivant (eh oui c'est quand même un avantage non négligeable de rester au sol !).
 
finalement vous vous débrouillez pas trop mal, 1 fois sur 4 ... vous aterrissez (sans bruit de craquement).
bon, c'est vrai votre stress atteint des sommets et vous ne dormez pas la nuit préoccupés par ce domaine incompréhensible où la logique s'apparente au chaos,
ou si vous réussissez à dormir vous faites des cauchemars de crashs de vos joli navions tout neufs qui brillent.
je continue ?
 
Plutot que de vous poser les bonnes questions apres 5 ou 10 ans de pratique, posez-les-vous dès le début, avant d'avoir commencé quoique ce soit.
 

Vous pensiez pouvoir faire ce que vous voulez, réaliser et faire voler l'avion de vos rêves... place à la réalité :
faire voler un modèle RC est quelque chose d'extremement complexe qui nécéssite beaucoup d'acquis :
- un intéret réel, et une grande curiosité (les avions et planeurs ne sont pas des jouets).
- une vraie passion pour l'aéronautique en général, des connaissances solides en mécanique du vol (vaste domaine).
- du temps, et beaucoup de patience (toute précipitation conduit inévitablement à la destruction de votre matériel).
- la connaissance du matériel qui évolue sans cesse et tres vite.
- un budjet suffisant (ne pas sous-estimer le coût), comprenant du materiel de rechange (tout acheter en double si ce n'est en triple).
- de la place pour voler (surface équivalente à un terrain de foot pour un expert, 3 ou 4 terrains pour un débutant).
 

Voila maintenant la bonne procédure à suivre :

1) internet est indispensable, allez sur les 2 forums et passez y tout votre temps libre à lire, au moins pendant 6 mois.
2) trouvez des sites internet sur la théorie, et toutes autres informations que vous devez engranger.
3) cherchez tous les clubs et modélistes isolés dans un rayon raisonnable autour de chez vous (50 km), rencontrez les et ouvrez les yeux et les oreilles,
attention sans considérer tout ce que vous entendez comme vrai !
le but étant de se faire une idée de la situation de ceux qui galèrent depuis de nombreuses années,
afin d'avoir une vision réaliste de l'aéromodélisme.
 
4) trouvez tous les instructeurs dans ce rayon, et essayez avec chaqu'un d'eux (normalement tous proposent au moins une journée gratuite).
le but étant de trouver le meilleur,
ou plutot... le moins pire.

comment reconnaitre un bon instructeur ?
le mauvais : grande gueule, (souvent président du club. attention je ne cite personne hein),
la théorie il ne connait pas, des explications ? à quoi ça sert ? il vous passe la double-commande et vous donne les instructions "sur le tas", pas de préparation,
avec lui c'est la pratique, le nombre d'heures de vol, l'usure, et la consommation de modèles qui vous font progresser.
 
si vous posez des questions vous aurez des réponses simplistes et parfois incohérentes, vous apprendrez en fait probablement plus de choses fausses que de choses vraies.
 
le bon ; calme, zen, ordonné, il prend son temps, si vous n'avez pas de patience vous risquez de ne pas l'apprécier.
c'est apres un long moment d'explications théoriques que vous serez enfin confrontés à la mise en oeuvre d'un modèle,
il ne s'arrêtera jamais de parler, toujours des trucs à apprendre, il peut vous saouler, mais n'oubliez pas que c'est pour le bien de votre porte-monaie.
les leçons de pilotage se feront dans un ordre logique.
votre progression sera sereine, vous pourrez vite utiliser vos modèles (mais toujours en sa présence, surtout si il s'agit d'avions "particuliers") la casse sera limitée.
vous serez indépendant au bout d'un certain temps (quelques semaines si vous apprenez vite et mémorisez tout bien, mais en général il faut bien 1 an).
 
pour la suite, il reste toujours à se tenir au courant du matériel nouveau, et qui vous obligera à garder contact de temps en temps (eh oui l'indépendance totale est impossible dans ce domaine).
 
 
avertissements supplémentaires :
- ne vous imaginez pas que parcequ'un appareil électronique se vend il est forcément fiable, la fiabilité on la cherche...
ça dépend des marques (il y en a beaucoup à éviter), vous aurez forcément inévitablement des mauvaises surprises.

- ne vous imaginez pas que les avions/planeurs sont tous conçus serieusement par des experts, les constructeurs serieux et compétents sont rares
(il y en a d'exellents qui font des modèles en fibre de verre haut de gamme par exemple, mais si vous cherchez un warbird premier prix fabriqué en chine ne vous attendez pas à un vol satisfaisant).
comprenez qu'il s'agit avant tout d'un business. vous êtes un consommateur.
et ce que vous consommez c'est des avions !
 
le vendeur est ravi qu'un de ses modèles vous plaise, il vous dira que c'est un bon choix, il est tres rare qu'il vous dise de ne pas l'acheter !
ne faites jamais confiance à quelqu'un qui vend (la plupart ont les dents longues).
gérez bien vos dépenses, les sousous s'évaporent vite dans ce domaine quand on ne s'y connait pas assez.

- le joli avion tout rouge avec une belle carosserie qui brille, c'est pas parcequ'il est beau qu'il vole correctement.
l'esthétique ne vous donnera aucune information !
 
- les apparences, l'observation de modèles en vol ne vous indiquera quasiment rien sur ses qualités de vol, vous ne savez pas à quel point le pilote se bat avec les commandes,
il faut forcément piloter pour se faire un avis.
autrement on se fait des illusions.
 
- "perfectionner son pilotage", la plupart des modélistes croient que leurs difficultés sont principalement dues au pilotage,
or ce n'est pas le plus important (peut être 10 %).
si vous voulez impressionner les autres avec des vols impecables, choisissez un bon avion et faites le régler par un expert, c'est la qualité de l'avion qui compte le plus.

- le mythe du simulateur de vol ; un simulateur peut servir à comprendre les principes de base du pilotage, c'est tout, oubliez le réalisme.
entrainez vous en vrai, certains simulateurs pourraient au contraire vous induire en erreur et vous faire prendre de mauvaises habitudes.

- voltiger en altitude est tres simple, atterrir non.
ne vous imaginez pas impressionner les autres en faisant des figures improbables en l'air, essayez d'atterrir sur la piste.
un bon modéliste est avant tout un modéliste qui fait revenir son appareil en un seul morceau, pour savoir à qui vous avez à faire regardez les atterrissages.
 
- méfiez vous proche du sol, plus on s'en rapproche plus il y a de turbulences, elles sont invisibles donc on a tendance à les ignorer.

- l'avion parfait n'existe pas. la qualité d'un avion se détermine par son faible nombre d'erreurs de conception.

- ne soyez pas influençables, ayez l'esprit critique, posez beaucoup de questions pertinentes sur les incohérences (et il y en a beaucoup, les "connaissances" sont souvent des rumeurs persistantes).

- les différents types d'avions volent tres différemment, définissez avant tout le type de vol que vous voulez.


Experimentez avec des petits planeurs de vol libre, c'est pas cher, et pas de risque de casse (faible inertie).
si vous n'arrivez pas à régler un de ces petits planeurs, c'est que vous ne pouvez pas régler un modèle RC.


_____________

 

 

 

M E N U

 


+ Aéromodélisme

   ›› Modèles
(introduction, et présentation de ma quarantaine de modèles RC entre 1997 et 2010 principalement des prototypes expérimentaux avec quelques explications sur les résultats obtenus,
et mon plan le plus récent, idéal)

   ›› Mecanique du vol
(cours connaissances de base)

   ›› Réglages
(comment régler un modèle, procédures à suivre scrupuleusement et dans l'ordre)

   ›› Conception performante
(la sélection intelligente, comment s'y retrouver dans cette jungle tres (trop) diversifiée, comment reconnaitre les avions bien conçus (rares),
comment obtenir la fiabilité et la performance)

   ›› Découvertes récentes
(connaissances plus poussées, non reconnues encore par la majorité)

   ›› petits planeurs vol libre
(petits planeurs en depron, experimentation)

   ›› Fabrication
(techniques de fabrication. et anciens plans)

   ›› Liens
(liens internet)

   ›› Vidéos
(quelques vols)

   ›› Aéro Autre
(...)


+ Art

   ›› Décos
(magnifiques décos, originales, principalement maquettes d'avions statiques)

contact
(mail)

Autre
(autre)


bonne visite
 
 
__________________

 


mes modèles rc, ordre historique :

 



Debut en décembre 1997
Debut en décembre 1997 :

mon premier modèle RC ayant réussi à voler

modèle déconseillé

J'ai commencé l'aéromodelisme rc en pensant qu'une aile-volante pouvait voler aussi bien qu'un modèle classique voir mieux (ce qui est en fait impossible), les avantages de simplicité de fabrication, d'accessibilité, de solidité (durabilité), et de look original motivent souvent les débutants à faire des ailes-volantes.

défauts des ailes-volantes : elles ont toutes (sans exeption) un problème de stabilité en tanguage, le comportement varie avec la vitesse ce qui oblige à faire des compensations au manche à cabrer en vol lent et à piquer en vol rapide. et la finesse est pas terrible.

anecdotes : ne conaissant pas le principe du courrant ascendant dynamique, je suis allé à la pente pour la première fois un jour sans vent et les vols consistaient à aller chercher en bas et à remonter pour relancer... (épuisant).
n'étant pas suffisament rigoureux, j'avais fait de mauvaises tringleries, ce qui fait qu'il y avait du jeu aux gouvernes ce qui était tres gênant en vol (accoups...).



modèle déconseillé

première évolution : un grand stabilisateur vertical central est préférable à 2 aux extrémités.

l'idée de sortir les gouvernes derrière l'aile est une erreur (création de trainée induite supplémentaire).
 

 


Aile-V bimoteur
Aile-V bimoteur :

mauvais prototype experimental à ne pas reproduire


ayant eu du mal à faire voler mes premièrers ailes-volantes à la pente, je décide de passer aux avions motorisés électriques (les aile-v bimoteur c'etait la mode à cette époque là)

ce modèle a fait peu de vols du fait de son instabilité en tanguage, il a été vite détruit.

 

anecdote : il était équipé de 2 moteurs à charbons speed400 (pour les anciens qui ont connu) et d'un gros accu ni-cd... l'autonomie était de 2 minutes !


Ailes volantes en V
Ailes volantes en V :

modèles déconseillés


D-20 :
les motorisations précédantes étant trop lourdes, ce modèle a été équipé d'un speed280 et d'un accu ni-mh (révolution pour l'époque).
concernant le profil plat arrangé arrondi au BA, c'est tres facile à fabriquer mais c'est une mauvaise idée (décevant).

 

 


Avion d'1m80
Avion d'1m80 :

qualité : bonne finesse (grâce notament à son aile droite sans flèche).

défauts : léger défaut de stabilité en tanguage (dù au bras de levier un peu trop court), maneuvrabilité insuffisante (ailerons trop petits), moteur devant (chocs).
 



avion d'1m80
avion d'1m80 :

motorisé par un moteur speed 480BB , il a servi à la prise de photos aériennes.


Photo aerienne
Photo aerienne :

regardez bien en haut à droite

c'est moi (je me suis pris en photo)

 

Viser est assez difficile, par conséquent la plupart des photos étaient ratés (soit tout bleu ciel, soit que de l'herbe).
idée abandonnée pour cause de paysages pas intéressants à photographier.
 

 


Photo Aerienne
Photo Aerienne :

 

 


Photo Aerienne (30)
Photo Aerienne (30)

mauvais prototypes experimentaux à ne pas reproduire


aile-volante blanche/grise :
le but était d'améliorer la finesse en supprimant la flèche, celà a effectivement amélioré la finesse, mais les réglages en tanguage sont devenus trop pointilleux.
en plus des inconvénients habituels des ailes-volantes, elle avait une stabilité en lacet (girouette) insuffisante (dù à une corde de dérive trop faible).
le profil d'aile partant d'une aile plate arrangée (cutter puis ponçage) n'est pas assez précis et donc ne donne pas de bons résultats.
spécificité intéressante : les èlevons ayant une grande envergure, une faible corde, étant assez souple, et les servos étant proche des extrémités d'ailes, les gouvernes étaient fixés à l'emplanture et fonctionnaient par torsion (ce qui est plus aérodynamique).
__________________

aile jaune fluo/orange/noire :
retour aux ailes avec BA en flèche pour une meilleure stabilité en tanguage.
il est évident que les 3 pseudo stabs verticaux étaient sous-dimensionnés (choix pour le look) à l'origine (remplacés par la suite),
déroullement des premiers vols : lancée avec un puissant sandow elle partait vite, ce qui faisait que les stabs fonctionnaient, puis elle ralentissait, jusqu'à ce qu'ils ne fonctionnent plus, à ce moment là elle dérappait en lacet puis déclenchait violemment d'un côté et partait en vrille tres rapide dont il était impossible de sortir (jusqu'au sol).
apres changement des dérives plus de problème de déclenchés.


modèle déconseillé


aile-volante a BA elliptique ayant une finesse meilleure que les précédentes.


 

 

 

 

 


Deltas
Deltas :

prototypes experimentaux à ne pas reproduire


les Deltas sont des ailes-volantes dont le rapport entre l'envergure et la longueur a été étiré pour une meilleure stabilité en tanguage.
les inconvénients sont les mêmes que pour une aile classique (mauvaise finesse...), sauf que les réglages sont tres tolérants (les importantes erreurs de centrage ne rendent pas le modèle incontrolable par exemple).
ce sont eux qui ont la plus forte flèche au BA, c'est tres pratique pour passer le mur du son, mais autrement ça donne une tres mauvaise finesse.
un avantage intéressant est que la tres grande corde permet un vol tres lent.


Delta gris-métalisé/orange/noir thermique :
la motorisation électrique en étant à ses débuts (puissance et autonomie ridicules) j'ai dù passer au thermique.
j'ai voulu tester un prototype avec 3 gouvernes au lieu de 2 (ça change pas grand chose, si ce n'est que l'absence de différentiel aux ailerons était gênante).
anecdote : les vibrations du moteur thermique favorisent les phénomènes de flutté, lors d'une descente rapide les ailerons se sont mis à flutter, une des 2 commandes d'aileron s'est cassée (j'avais fais l'erreur de mettre des micro-servos et des tringleries trop faibles) laissant libre la gouverne et donc aggravant le flutté de ce côté là ce qui a arraché la toile et le scotch qui servait de charnière... les 2 autres gouvernes restantes ne m'ont pas permis suffisament re garder le contrôle.


Delta trop solide donc trop lourd
Delta trop solide donc trop lourd

La surenchère de la puissance
La surenchère de la puissance :

Delta monstrueux d'1m d'envergure pour 2700g (sur-)motorisé par un OS61FX de 10cc !

ne surtout pas tenter la même chose !

un lancer horizontal étant impossible avec un avion aussi lourd, le décollage s'effectuait verticallement (en tork) la puissance étant suffisante pour imiter une fusée.
 

 

 

 


http://img142.imageshack.us/img142/1950/jet4000ar.jpg

 

prototypes experimentaux à ne pas reproduire


Delta blanc motorisé :
retour à l'électrique pour une experience (à l'opposé du lourd thermique), l'hypothèse était que un avion tres léger (seulement 270g) avec une tres grande surface portante pouvait être motorisé par un petit moteur (et par conséquent qui consome peu, augmentant l'autonomie),
eh bien ce n'est pas dutout comme ça que ça marche, minimiser le poids et maximiser la surface ailaire ne permet pas d'utiliser un moteur plus faible (dans l'experience ici un s280 réducté).
la poussée du moteur s'oppose à la trainée, un avion plutot lourd pourra être motirisé par un faible moteur si ça trainée est tres faible.
le poids n'est gênant que en ce qui concerne la capacité ascentionnelle de l'avion.
une aile Delta à profil plat ayant une tres mauvaise finesse, le petit moteur n'arrivait pas à pousser suffisament pour vaincre la trainée.
les décollages se faisaient au sandow, et le moteur plein gaz permettait de descendre moins vite.

________________

D-19 :
ne voulant pas faire un modèle compliqué avec 4 gouvernes et 3 servos, j'ai experimenté un système de gouvernes trilevons, avec seulement 2 servos on peut contrôler les 3 axes,
le principe c'est que ça fait profondeur, mais en plus lorsqu'on braque différament les 2 gouvernes, ça fait à la fois ailerons, et en même temps dérives car les stabilisateurs sont en V inversé (fort dièdre négatif).
ce qui fait qu'on obtient un contrôle en lacet simultané avec le contrôle en roulis.
ainsi il n'y a pas besoin d'un grand bras de levier sur les côtés aux ailerons, l'effet de roulis induit aidant à virer.
car dans le cas d'un modèle ayant des èlevons aux stabs horizontaux sans dièdre négatif, l'efficacité de la fonction ailerons en roulis est insuffisante, et malgrès un débattement considérable il est tres difficile de faire un tonneau avec.
donc, avec les trilevons vers le bas la maneuvrabilité est bonne,
mais un mouvement en roulis s'acompagne à chaque fois d'un dérappage en lacet, ce qui fait que les toneaux sont fortement bariqués.
l'idée a été abandonnée.

les 2 dérives en ligne c'est pour l'esthétique.
les strakes c'etait pour l'esthétique et pour la maneuvrabilité, mais ça bouzille la finesse.